Vampire Knight, 1an plus tard, la Cross Academy renaît de ses cendres avec un bel héritage, une nouvelle menace entre en jeu. De nouvelles classes, de nouvelles races sont désormais jouables.
 
REPRISE DU FORUM EN COURS.
Une maintenance est prévue prochainement, regardez vos MP pour savoir quand !
Prédéfinis recherchés :
Kaname Kuran - Zero Kiryu - Lysara Kuran - Les Night Class - Autres Sangs purs
Le staff recrute :
Un modérateur - Un animateur - Un pubeur - Un correcteur.
N'hésitez pas à postuler ♥ Vous aurez un test après acceptation

Partagez | 
 

 ~La petite boutique~ [x Anshu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Lysara Kuran



Messages : 41
Date d'inscription : 02/01/2017

MessageSujet: ~La petite boutique~ [x Anshu]   Jeu 26 Jan - 10:20

En cette journée ensoleillée, une créature nocturne arpentait les rues d'un pas lent et presque flegmatique. Sa démarche, d'origine gracieuse, semblait néanmoins légèrement dérangée par le frottement de ces tissus étranges contre sa peau. Pour s'intégrer dans cette société humaine aux mœurs et nouvelles coutumes étranges, Lysara avait dût se départir de ses tenues fluides et ses draps fins qui la faisaient ressembler à une antique déesse grecque au profit d'habits de plus mauvaises qualités à son goût. La matière irritait sa peau sensible à chaque mouvement, recouvrait certes son corps mais l'étreignait et la grattait même. L'odeur qui s'en dégageait était à l'image de cette ère polluée dont l'air l'asphyxiait et se révélait néfaste pour ses poumons habitués à une atmosphère pure.
C'était un monde bruyant, aux constantes ondes négatives.
Lysara ne pouvait qu'avoir une répulsion naturelle pour ce milieu urbain qu'elle découvrait petit à petit. Alors l'être millénaire déambulait dans les parcs de préférence, lieu proche de la nature. Beaucoup plus du moins que le reste de cette civilisation décadente aux yeux de l'ancienne reine. La présence des arbres, de la verdure, lui permettait de retrouver un semblant de familiarité dans cette époque bétonnée.
La nature était immuable, unique chose capable de traverser le temps sans changer de manière irréversible et incontestable
Au fil de sa promenade journalière, choisie en pleine journée pour ne croiser aucun de ses congénères nocturnes, l'ancêtre des Kuran laissa ses pas la guider jusqu'à une petite rue pavée ayant des airs d'architecture du Moyen-Age. Les bâtisses s'élevaient à des hauteurs qui dépassaient la raison pour la créature issue du passé, mais demeuraient raisonnables face à ces structures qu'ils appelaient « immeubles ». L'ambiance y était plus calme, silencieuse. L'humidité y était présente dans les égouts, quelques flaques témoignaient d'une légère pluie de la veille, mais la sang-pure s'y sentait plus à l'aise que dans ces boulevards éventrés par des routes chevauchées par des monstres de métal possédant des roues. Ici, il n'y avait que les échos lointains de cet enfer assourdissant qu'étaient les endroits peuplés.
Ainsi elle flâna sans réel but, s'instruisant visuellement sur ce qui s'offrait à ses prunelles à la couleur de cerisier. Puis une odeur désuète attira son attention.Une odeur de vieillesse, de pages anciennes. Son regard glissa ensuite sur une discrète petite boutique, certes surplombée par une inscription aux lettres larges, mais sans plus de prétention. Cela intrigua Lysara qui s'approcha d'un pas tranquille, étonnée de voir que le magasin ne semblait pas chercher à choquer l'oeil avec des couleurs criardes comme celles qu'affichaient les autres boutiques.
Avant même qu'elle ne s'en rende réellement compte, sa paume s'était posée à plat sur la porte pour la pousser afin d'entrer.
L'odeur vieillotte la saisit aussitôt et elle comprit rapidement que ce lieu comportait des objets bien différents et uniques. Des manuscrits. Ou plutôt des « livres ». Des tas de livres confortablement rangés dans des allées d'étagères en bois robuste. C'était aussi ce fumet de forêt qui parvenait à ses narines. Des bois différents, venant d'endroits tout aussi diverses que les bouquins posés dessus. Presque avec respect et admiration pour un lieu qui contenait tant de sources de savoir, Lysara arpenta l'espace avec lenteur, prenant le temps de découvrir chaque titre de ces livres. La langue n'était pas son langage maternel mais elle avait rapidement apprit grâce à quelques leçons de civilisation de la Shinigami qui l'avait ramené à la vie. Ses doigts glissaient sur les reliures avec délicatesse avant qu'elle ne fasse une pause une fois devant un manuscrit particulière d'apparence ancienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

A. « Babylone » Carnelián



Messages : 21
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 21

MessageSujet: Re: ~La petite boutique~ [x Anshu]   Jeu 26 Jan - 22:57


 
La Petite Boutique


Je marchandais un vieux bouquin dont la reliure en maroquin gardait l'odeur des chambres closes, lorsque je ne sais trop comment , je me mis au bout d'un moment à parler de tout autre chose. Mais le vieux ne connaissait rien. Quel étonnement fut le mien, de constater que le bonhomme ne savait rien ,évidemment, des faits et des événements qui passionnaient les autres hommes. Il ignorait tout de ce temps, aussi bien les gens importants que les plus célèbres affaires. Et c'était peut-être cela qui, dans ce tranquille coin-là, créait cette étrange atmosphère. △  EDITH PIAF

La pluie tombait sans discontinuer. Les nuages devaient s'être fâchés entre eux pour ainsi déverser leurs trombes d'eau avec autant de colère sur le sol, détrempant tout. Petite, on t'avait expliqué que la pluie n'était que les larmes des nuages et les éclairs leurs accès de colère. Grâce à cette explication enfantine, tu avais vaincu ta peur de l'orage car tu savais que leur colère n'était pas dirigée contre toi. Après tout, les nuages ne se souciaient pas des anges cloués au sol, incapables de s'élever dans les airs pour aller jouer dans le coton des nuages.

La pluie était tombée toute la nuit, l'eau formant de grandes corolles réfléchissantes sur le dallage autour des bâtiments. Que le déluge se soit arrêté t'emplit de joie; jamais on ne t'aurait laissé mettre le nez dehors pour rejoindre ton lieu de travail si l'averse s'était éternisée.
Dehors, l'air encore humide malgré l'immense soleil fit gonfler tes plumes et il te fallu vivement plaquer ta veste contre ton dos pour cacher la déformation occasionnée par le soudain changement de masse des fibres. Décidément. Un instant, tu songeas qu'avoir des plumes de canard aurait été plus pratique, celles-ci étant faites pour vivre dans un environnement saturé d'eau.
Un sourire fleurit sur tes lèvres à cette pensée. Non, tes plumes sont belles, même si elles n'apprécient guère les aléas de la météo.
Tes pas te menèrent enfin jusqu'à la lourde porte de la bibliothèque, dans laquelle tu pénétras sans tarder. Afin de ne pas abîmer et salir le parquet avec tes chaussures trempées et probablement boueuses -même si l'académie était sans cesse bichonnée et nettoyée, la moindre pluie amenait une couche de crasse partout où l'eau se déversait.

Il faisait agréablement bon dans ce lieu que tu considérais pratiquement comme ta deuxième maison. La température idéale pour la bonne conservation des documents étant d'une vingtaine de degrés, une salle de lecture avait été aménagée dans une autre pièce où ronronnait un petit chauffage électrique, les élèves se plaignant souvent de la « basse » température régnant dans la bibliothèque. Un membre du personnel était déjà passé, au vu de l'agréable température régnant dans la salle de lecture. Ce fut donc avec délice que tu mis tes chaussures à proximité du feu électrique pour les faire sécher.
Les cours devaient juste avoir commencé, il te fallait donc toi aussi commencer à travailler. Toute guillerette, tu te saisis d'une première pile de livres, ceux rendus la veille, et qu'il fallait remettre dans leurs rayons. Enfin, c'était ton projet jusqu'à ce que ton regard tombe sur un livre posé derrière la pile dont tu venais de te servir.
Un livre qu'une élève t'avait rendue en larmes car elle avait malencontreusement renversé une tasse de café dessus. Un livre très précieux, très ancien. Une première édition, selon tes souvenirs.
Une terrible perte. Et la réserve ne possédait aucun autre exemplaire.
Tes pensées dérivèrent vers cette petite boutique de livres anciens que tu avais découverte par pur hasard lors de ta dernière visite en ville. Tu avais résisté à l'envie d'y traîner Leif qui, de toute façon, n'aimait pas ce genre d'échoppe et t'aurait interdit d'y aller pour une raison quelconque. Trop de poussière. Trop de risques qu'un rayon ne lâche et te tombe dessus.
Ton hésitation ne dura pas très longtemps. Il faisait beau dehors, Leif était coincé en cours et il fallait absolument remplacer ce livre.

Face à la porte de la boutique, l'hésitation refit surface. Pour ne pas laisser sa petite voix insidieuse te faire tourner les talons, tu t'engouffras rapidement à l'intérieur. Il n'y avait pas grand monde et le ou la propriétaire n'était pas derrière son comptoir. Peut-être était-ce cette femme, occupée à détailler un ancien manuscrit ?
Ne voulant pas la déranger, ta recherche commença tout naturellement dans le premier rayon. Qu'importe s'ils n'avaient pas ce que tu cherchais, tu aimais tellement cette ambiance. Si tu avais été seule, tu aurais volontiers étendu les bras pour attraper les ouvrages disposés en hauteur et mieux discerner leurs titres, mais tu découvris très vite que ce geste relevait ton long manteau et révélait le bout des soyeuses plumes blanches. Bref, il valait mieux éviter.
Et évidemment, le livre convoité se trouvait tout en haut du rayonnage.
« Excusez-moi ? lanças-tu avec timidité à l'autre personne présente. Pourriez-vous m'aider à attraper ce livre ? Je ne peux pas lever mes bras trop haut... »
Affreusement gênée et désolée d'interrompre la jeune femme dans ses occupations, tu te mis machinalement à entortiller une de tes longues mèches, à défaut de triturer tes plumes. D'ailleurs, tu espérais ne pas en perdre trop en bougeant. Heureusement, tu ne semblais pas en avoir semé dans la boutique.
Et ce fut à ce moment que le propriétaire des lieux refit surface, et ta gêne s'accrut. Tu n'aimais pas déranger d'autres clients.
« Je suis vraiment désolée, je pensais que vous étiez la propriétaire ! Ne vous dérangez pas pour moi, je vais aller demander au gérant... »
Un sourire penaud fleurit sur tes lèvres tandis que tu réajustais les pans de ton long manteau.
« C'est une ancienne édition de la Tempête que vous tenez, n'est-ce pas ? Si vous ne l'avez jamais lu, je vous le conseille sincèrement. C'est une très belle pièce... »

 
©Anshu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sarcasmalice.wordpress.com/


avatar

Lysara Kuran



Messages : 41
Date d'inscription : 02/01/2017

MessageSujet: Re: ~La petite boutique~ [x Anshu]   Jeu 9 Mar - 9:12

Lysara savourait le calme de cet endroit, déambulant entre les allées avec un calme tout naturel. En dehors de ses obligations, l'ancienne reine avait une passion pour la lecture. L'érudition plutôt. Une soif de connaissances toujours insatiable qui ne manquait pas de matière depuis son réveil pour attiser le feu de sa curiosité. Cette société était bien trop différente de la sienne, les choses avaient énormément évolué en sept mille ans.
Les mœurs, la manière de s'habiller, les paysages même étaient nouveaux.
Tout comme la langue d'ailleurs, mais grâce aux enseignements fortuits de Jellyka, la sang-pure avait réussi à passer outre ce problème. Ce qui expliquait sa présence dans cet endroit si particulier et peu fréquenté. A présent, grâce aux ouvrages, l'antique créature nocturne accédait maintenant aux mondes successifs qui s'étaient inscrits dans les œuvres que les époques passées avaient laissé derrière elles.
Cependant, alors qu'elle s'intéressait enfin à quelques ouvrages spécifiques, une présence nouvelle suivie d'une odeur inconnue la tira de ses pensées. Dans un mouvement de la tête et basculant vers l'arrière, la vampire jeta un regard vers la porte pour y découvrir une sublime créature qui n'était pas humaine à en juger par la flagrance légère qu'elle dégageait de manière naturelle. Une telle apparition la surprit malgré la fatigue qui pesait lourdement sur ses sens, comme un voile épais obstruant toute émotion soudaine pour ne laisser qu'un calme obligé.
Qui était-elle ?
Celle qui fut jadis souveraine n'avait aucune souvenance d'avoir croisé un jour une telle aura. Quelque chose la dérangeait, la troublait. Pour la première fois, Lysara se retrouvait devant une étrange créature, quelque chose qui lui était inconnu. Car cette personne n'était ni une humaine, ni une enfant de la nuit. Alors qu'était-elle ? A chaque pas, la nouvelle venue provoquait un froissement qui ne venait pas de ses vêtements. Un son doux et étouffé, l'air passait donc entre une matière étrange sans l'irriter ou l'éroder indéniablement. Mais quoi ? La noctambule ne saurait dire. Cependant, bien que sa intérêt eut été soudainement piquée par la nature discrète de la cliente, la sœur de Diane tenta de se concentrer sur son activité après cet écart. La regarder longuement risquait de faire fuir l'élément inédit ou le mettre mal à l'aise, or l'ancêtre des Kuran n'avait aucunement cette intention. Malgré son étrangeté, la demoiselle possédait une forme humanoïde et pour cela, demandait un respect égal à celui des autres êtres vivants. Ainsi Lysara préféra l'ignorer dans la mesure du possible, essayant dès lors de porter sa pleine attention sur les rangs de livres.
Alors que son regard courrait sur les titres, l'enivrant peu à peu de tous ces mots pour remplacer ses pensées importunes et impolies au sujet de la seconde femme présente entre ces murs, cette dernière s'approcha d'elle et prit la parole.
D'une voix douce, aérienne.
N'osant prononcer un mot, ne sachant que dire de peur de trahir son accent encore présent malgré la disparition progressive de ce dernier, Lysara hocha doucement la tête. Une simple inclination docile, non agrémentée cependant d'une sourire. Il y avait bien longtemps qu'elle n'était plus capable d'afficher une telle émotion, en dépit d'une enfant aussi sublime que celle qui se présentait à ses yeux. Gênée, la belle créature commença à torturer une mèche de fil de soie qui composait sa chevelure, ce qui trahissait sa nervosité. Un tressaillement anima le coin des lèvres de la vampire : les prémices d'un sourire.  
Ainsi la Kuran leva un bras pour se saisir de l'objet demandé. Cependant, la femme se stoppa dans son geste quand une nouvelle personne envahie la pièce, se révélant être le véritable gérant de cette petite boutique. La plus jeune se fondit alors en excuse, semblant sincère dans son embarras.

-Ce n'est rien.

Lysara se saisit tout de même de l'ouvrage, brièvement plus vive que les instants précédents, puis le tendit ensuite à l'aimable inconnue. Mais cette dernière s'intéressa au livre qu'elle tenait avec précaution sur sa poitrine, le lui conseillant même.

-Vraiment ? Je suis en recherche de littératures classiques. J'ai un manque incroyable de connaissances en la matière et je cherche à me rattraper. Si vous avez donc quelques propositions pour combler mes lacunes par des œuvres, n'hésitez pas à me les faire connaître.

Son accent chantant transparaissait, roulant dans quelques syllabes encore mal maîtrisées tandis que son regard revêtait à présent une lueur sympathique et intéressée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

A. « Babylone » Carnelián



Messages : 21
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 21

MessageSujet: Re: ~La petite boutique~ [x Anshu]   Mer 15 Mar - 11:18


 
La Petite Boutique


Je marchandais un vieux bouquin dont la reliure en maroquin gardait l'odeur des chambres closes, lorsque je ne sais trop comment , je me mis au bout d'un moment à parler de tout autre chose. Mais le vieux ne connaissait rien. Quel étonnement fut le mien, de constater que le bonhomme ne savait rien ,évidemment, des faits et des événements qui passionnaient les autres hommes. Il ignorait tout de ce temps, aussi bien les gens importants que les plus célèbres affaires. Et c'était peut-être cela qui, dans ce tranquille coin-là, créait cette étrange atmosphère. △  EDITH PIAF

L'air embaumait littéralement le vieux papier, la poussière et l'encre. mais ce n'était pas une odeur désagréable, loin de là. C'était le genre de parfum qui te faisait doucement sourire et t'enveloppait dans ses bras, telle une brise câline. Ce n'était définitivement pas la même odeur qui régnait dans la bibliothèque de l'académie Cross, où les vieux ouvrages côtoyaient les plus récentes éditions, celles qui sentaient la colle et le chimique. Tu préférais de loin les anciennes couvertures rigides et texturées aux nouvelles, de carton et d'encre, aux dessins digitaux et pas toujours très beaux. Rien ne valait un titre de roman élégamment incrusté dans l'épais carton patiné.
Tu avais toujours été fascinée par le changement d’attitude naturel qui s’éffectuait chez chaque être passant le seuil d’une bibliothèque d’une boutique comme celle où tu étais actuellement. L’ambiance feutrée rendant les gens discrets, silencieux. Nul n’osait élever la voix, et on faisait preuve de toute la délicatesse du monde pour ne pas briser la sérénité du lieu.

La femme que tu avais confondue avec le propriétaire des lieux ne semblait pas te tenir rigueur de ta maladresse. Malgré tes excuses, elle s’étira vers le haut de l’étagère pour attraper le précieux ouvrages, que tu accueillis avec joie entre tes mains, tes doigts caressant presque amoureusement la vieille reliure au lettrage patiné, autrefois doré. Tu étais tellement soulagée de pouvoir remplacer l’édition souillée de café que tu en aurais eu les larmes aux yeux. Cela t’aurais déchirée si tu avais dû te procurer une édition plus récente, à la couverture remodelée et à la préface imbuvable rédigée par un pseudo-maître ès littérature. Dans ton dos, étouffées par le lourd manteau, tes plumes se gonflèrent, en réaction à ta liesse intérieure.
« Merci, c’est vraiment gentil de votre part... »
Ton interlocutrice devait probablement être étrangère, même si elle avait une maîtrise parfaite de la langue. Son accent, bien que discret et quasiment effacé, roulait agréablement. Tu ne parvenais toutefois pas à l’identifier, mais il avait des sonorités de vieille langue. Slave, peut-être ? « La littérature classique ? » C’était relativement vaste comme domaine, tellement il y avait de facteurs qui entraient en compte. De quel siècle, de quelle partie du monde, ou même, de quel pays, de quelle couche de la société ? La littérature considérée comme classique ou les oeuvres écrites durant la période classique ? Les possibilités étaient énormes mais, heureusement, pas infinies.
Levant les yeux vers les étagères devant lesquelles vous étiez, tu tentas d’en repérer, de faire un tri dans le large choix. Pourquoi ne pas l’aiguiller sur différentes voies ?
« C’est assez vaste, comme sujet d’étude, mais si je devais vous en conseiller... »
Tenant d’une main ton long manteau pour qu’il reste bien en place, tu te déplaças le long du rayonnage, pointant certains ouvrages. Du côté de la littérature française, le choix est tout simplement faramineux. En grande amatrice de théâtre, tu conseillais le Jeu de l’Amour et du Hasard, de Marivaux, les yeux fermés. Une histoire de valets et de maîtres qui changent leurs places… Côté roman, tu aurais bien du mal à me décider pour un, mais pourquoi pas Les liaisons dangereuses, de Laclos ? En anglais, sans hésité, le magnifique Orgueil et Préjugés, qui disputait à Alice au Pays des Merveilles la première place dans ton coeur. Tu devais l’avouer, tu avais lu plus de littérature française et anglaise qu’autre chose. Un peu de Cervantès du côté espagnol, certains contes des Mille et une nuits pour l’Orient, et quelques oeuvres japonaises, hélas, assez récentes.
« Peut-être… peut-être pourriez-vous m’indiquer vos préférences, afin de mieux cibler les ouvrages qui pourraient vous plaire ? »
Triturant distraitement ton futur achat, tu lui souriais doucement. Tu aurais adoré faire aussi des études, mais ta santé plus que vacillante ne te l’avait nullement permis. Leif ne l’avait pas permis.
Aider quelqu’un dans ton domaine de prédilection t’avait excité comme une puce, et tu sentis une toux se former au fond de ta gorge. Ah, zut. Mais tu ne regrettais pas. Après tout, c’était ton travail, d’aiguiller les gens sur leurs lectures.
« Ce doit être tellement intéressant, les études de lettres... »


 
©Anshu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sarcasmalice.wordpress.com/


avatar

Lysara Kuran



Messages : 41
Date d'inscription : 02/01/2017

MessageSujet: Re: ~La petite boutique~ [x Anshu]   Ven 17 Mar - 15:55

Les livres eux-mêmes avaient bien évolué depuis que les yeux de Lysara s'étaient fermés pour un sommeil sensé être éternel. Autrefois, l'on gravait encore les informations importantes sur des plaques d'argiles avec de petits stylets en ce qui concernait les relevés de commerce, et les parchemins demeuraient la meilleure méthode pour les déclarations officielles. Quelques livres reliés avaient vu le jour évidement, mais le papier était si précieux que l'on essayait de ne pas l'user inutilement. Un lieu avec tant de trésors était le témoin de la richesse des propriétaires aux yeux de la vampire, même si cette dernière commençait à comprendre que le luxe à cette époque s'était incroyablement démocratiser. Les livres n'avaient dans cette ère modernisée qu'une valeur symbolique et sentimentale pour les amoureux de vieux ouvrages.
Les humains de ce siècle étaient donc irrespectueux envers les anciens.
Cependant la nouvelle arrivante semblait s'épanouir dans un tel endroit. Dans cette petite boutique abandonnée et ignorée sans doute par une grande partie des habitants de cette ville. D'ailleurs comment pouvait-elle encore rester ouverte ? Les bénéfices ne semblaient pas importants et le petit bonhomme sympathique qui se révélait être le gérant n'avait rien d'une personne revenus assez faramineux pour entretenir cet endroit sans risquer de perdre sa discrète échoppe. Les pensées de l'antique femme dérivèrent peu à peu vers sa frêle interlocutrice et un frémissement quasi imperceptible anima ses lèvres rosées.

-C'est la moindre des politesses.

Il était de coutumes de ne pas aider son prochain ? Pourtant cette enfant était adorable. La douceur de ses traits inspiraient le calme et l'attendrissement. Une certaine fascination pour sa beauté innocente cependant, mais son aura était apaisante et n'éveillait nullement la méfiance de celle qui fut jadis souveraine. Kaname aussi était calme, mais la mélancolie et la douleur du temps passé troublait bien trop son regard bordeaux. Leur fils Raizel en revanche possédait une sérénité semblable à celle de cette tendre créature, peut-être se seraient-ils bien entendu ?
Malheureusement elle ne saurait jamais, Raizel avait disparu.
Il s'était endormi comme de nombreux sang-purs qui ne pouvaient mourir. Or le ramener à la vie aujourd'hui serait bien trop cruel. Il avait prit sa décision, jamais Lysara ne détruirait le souhait de son enfant de reposer en paix dans les abysses d'un sommeil éternel. Cette constatation lui déchira le cœur et ses iris ternies par le voile des souvenirs glissèrent du sol jusqu'au livre que tenait la demoiselle à la chevelure lilas entre ses mains graciles.
Cette dernière s'agita soudainement, obligeant l'ancienne reine cligner des yeux pour revenir à une réalité qui lui était aussi étrange que cruelle. Elle fut d'ailleurs silencieuse pendant plusieurs instants, semblant réfléchir à ce qu'elle pourrait bien lui conseiller. Aussi futile soit cette note, la reine de la nuit plissa légèrement les yeux avec contentement, comme un chat satisfait. La jeune femme ne semblait pas paniquer face à sa tâche, et au contraire avait l'air de posséder une culture étendue qui laissait présager des choix judicieux et donc de futures lectures intéressantes. Le sort était favorable à Lysara aujourd'hui pour avoir mit sur son chemin une personne lettrée.

-J'ai longuement été tenu à l'écart de toute civilisation, et pour tout avouer, les souvenirs de mon passé me sont assez flous. Seulement j'apprécie la poésie, mais la prose ne me dérange guère. Connaissez-vous des auteurs dont le style d'écriture est léger à l'oreille sans être simple ? Mais peut-être devrai-je me conseiller sur ce livre avant de me précipiter sur d'autres...

Ses iris à la couleur des cerisiers s'étaient posés avec un léger dépit, puis une sincère hésitation sur le livre qu'elle même tenait avec une précaution presque maternelle. A présent le livre était en sécurité dans ses bras et Lysara en prenait soin comme une enfant avec son poupon en plastique.

[color]-Je ne fais guère d'études, mais voyez cela comme une envie de combler mes présentes lacunes... Je vous remercie de votre aide. Je ne prends pas de votre temps précieux?[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

A. « Babylone » Carnelián



Messages : 21
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 21

MessageSujet: Re: ~La petite boutique~ [x Anshu]   Lun 27 Mar - 11:27


 
La Petite Boutique


Je marchandais un vieux bouquin dont la reliure en maroquin gardait l'odeur des chambres closes, lorsque je ne sais trop comment , je me mis au bout d'un moment à parler de tout autre chose. Mais le vieux ne connaissait rien. Quel étonnement fut le mien, de constater que le bonhomme ne savait rien ,évidemment, des faits et des événements qui passionnaient les autres hommes. Il ignorait tout de ce temps, aussi bien les gens importants que les plus célèbres affaires. Et c'était peut-être cela qui, dans ce tranquille coin-là, créait cette étrange atmosphère. △  EDITH PIAF

À ton timide remerciement, la femme répondit que ce n’était que politesse. Hum. Oui, certes. Un mince sourire fleurit sur tes lèvres tandis que tes doigts trituraient avec douceur la couverture usée du livre.
Tes yeux détaillaient avec une discrétion feinte la femme. Habituée à vivre au milieu des mages et des vampires de l’Académie, tu ne parvenais toutefois pas à identifier l’aura dégagée. Néanmoins, tu avais l’impression que l’inconnue avait en elle quelque chose… d’ancien. Quelque chose de terrifiant, mais actuellement endormi.
Ses paroles te firent frémir. Tenue éloignée de toute civilisation ? Souvenirs du passé flous ? Oh dieux, comme tu la comprenais. Toi-même, tu t’étais réveillée un beau matin dans un univers inconnu, la mémoire complètement vierge. Mais tu avais eu de la chance d’être encore petite et d’avoir eu le temps de te reconstruire une identité propre, notamment grâce à Leif et aux bons soins de la famille Lancaster.
« Même s’ils sont flous, au moins vous avez des souvenirs... »
Le murmure t’avais échappé et tu secouas la tête pour te reprendre, avant de relever le nez vers l’immense rayon d’ouvrages. Toi aussi tu aimais la poésie, même si ton coeur allait plus aux romans, notamment aux romans récents, plus fantaisistes, pleins de magie et de monstres. « Il y a de très beaux recueils d’Haikus… sinon, je connais quelques recueils de poésie française, très agréable à l’oreille. » Tout en cherchant du regard les titres qui te trottaient en tête, tu te massas la gorge, qui devenait douloureuse. Tu savais qu’une fois rentrée à l’académie, il te faudrait soir te ruer sur un bon thé au miel, soit chez Leif, ce qui impliquerait l’obligation de lui raconter ta petite escapade. Ce qui ne manquerait pas de t’attirer les foudres de ton protecteur attitré.
« Oh, je suis vraiment désolée, quand vous disiez être en recherche, j’ai pensé que vous travailliez sur un mémoire... »
Tu avais vu Leif passer des heures et des heures à travailler sur le sien, alors qu’il étudiait la médecine en plus de ses études de magie. C’était un travail de longue haleine qui l’avait fait râler plus d’une fois. « Ne vous en faites pas pour ça… je travaille à la bibliothèque de l’Académie Cross, et les cours ne sont pas encore terminés, donc aucun élève ne viendra y pointer le bout de son nez avant un moment. » Le seul susceptible de passer à l’improviste était Leif, entre deux cours, mais il y avait peu de chance qu’il parcoure l’entièreté du bâtiment en moins deux cinq minutes, aller et retour, pour simplement vérifier que tu allais bien.
« Je ne pense pas que l’on puisse parler de lacunes en littérature, car jamais on ne saura tout lire... »



Désolée pour l'attente et la taille du texte ;w; je me rattraperai au prochain !
 
©Anshu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sarcasmalice.wordpress.com/


avatar

Lysara Kuran



Messages : 41
Date d'inscription : 02/01/2017

MessageSujet: Re: ~La petite boutique~ [x Anshu]   Ven 7 Avr - 15:44

Un instant, le regard de son interlocutrice se fit pensif. Lysara pencha légèrement la tête sur le côté, presque en un mouvement enfantin et innocent, ce qui constrastait avec son énergie plus ou moins dévoilée. A quoi pouvait donc penser cette étrange créature ? Non. Cette secrète jeune fille ? Possédait-elle un passé dur ou alors traversait-elle une période difficile dans sa vie pour être absente au beau milieu d'une conversation ? Mais leurs paroles étaient presque vaines, futiles. Toutes deux se faisaient face avec leurs propres démons, des pensées qui les emportaient bien loin du présent et de cette petite libraire.
Pourquoi une telle tristesse ?
Ce sentiment nocif était logé dans l'âme de sa jeune compagne, semblait faire partie de son âme sans pour autant la ronger totalement. La présence de cette humanoïde avait quelque chose d'apaisant. Malgré le soleil qui l'affaiblissait énormément, Lysara sentait que les ondes naturelles qui se dégageait de la personnalité qui lui faisait face avaient un effet sur sa propre conscience. Comment ? La vampire ne saurait dire. Elle ne connaissait pas ce genre de puissance. Certes quelques uns de ses congénères possédaient parfois la capacité de manipuler les sentiments d'autrui mais ce n'était visiblement pas une capacité volontaire venant de la douce enfant.

-Votre mémoire fut altérée d'une quelconque manière?

C'était une déclaration soudaine qui aurait sans doute surprit l'ancienne régente si ses sens n'étaient pas ainsi alourdit par l'astre solaire qui dardait ses rayons en cet après-midi. En dépit des convenances qui exigeaient que l'on ne cherche pas à en savoir plus, Lysara se sentait d'âme curieuse et ne put retenir une question peut-être déplacée au vu des circonstances. Mais la demoiselle à la longue chevelure lilas l'intriguait énormément et la moindre information à son sujet, pour en savoir plus était la bienvenue.
Des Haikus ? Français ? Qu'étaient-ce donc que ces nouvelles choses ?
Le latin était encore la langue reine dans la contrée qu'occupait Lysara à son époque, et du japonais la noctambule n'en connaissait que les formes archaïques avant que Jellyka ne décide de lui donner quelques leçons. Le français n'était cependant pas encore dans les cordes de la vampire mais découvrir une nouvelle langue ne lui était pas pour lui déplaire, d'autant plus que cette dernière devait être actuelle.

-Je suis intéressée par ce que vous me proposez, et bien curieuse dois-je avouer.

L'ancêtre des Kuran s'autorisa un sourire qui se voulait sympathique, abandonnant momentanément son allure stoïque. Son interlocutrice se donnait visiblement du mal et prenait son affaire au sérieux. Pourquoi faire preuve d'irrespect en demeurant impassible ?
Le geste de l'inconnue attira à nouveau son attention mais cette fois Lysara n'osa aucune remarque. Elle ne voulait pas paraître plus sans-gêne qu'elle ne l'était déjà.

-Ne vous excusez pas, vous ne pouviez pas savoir. Je devais sans doute me montrer plus explicative.

Le visage de Lysara se figea quelques secondes dans une expression de surprise quand elle prononça le nom de l'Académie. Ce lieu était celui où résidait sa dernière descendante vivante. Cette enfant aurait-elle un lien avec elle ? Peut-être saurait-elle la renseigner sur cette Yuki qu'elle n'avait pas encore rencontré. Pénétrer sur le territoire du campus scolaire grouillant de vampires était une chose, mais affronter une personne qui lui serait peut-être hostile en était une autre.
Mais il n'y avait pas que des vampires sur ce terrain.
Des auras inconnues y siégeaient, bien trop nombreuses pour l'ancienne reine parvienne à en isoler quelques unes et comprendre ce qu'elles étaient. Ni vampires, ni hunters, ni humains. Trop d'espèces inconnues en un même endroit. Que faisait donc ce Kaien Cross ? Qu'était donc devenu ce monde ?

-Je connais cet établissement de nom, l'un des membres de ma famille éloignée y est scolarisée. Le nom de Yûki Kuran vous dit quelque chose ? Osa doucement demander celle qui fut l'épouse de Kaname puis elle inclina légèrement la tête en enchaînant sur leur discussion littéraire. Effectivement, mais nous pouvons au moins oeuvrer pour essayer de combler le manque de connaissances en la matière.

(Ne t'excuse pas, je ne suis pas mieux ! Cette dernière semaine a été très chargée niveau personnel et étude, mais comme je suis en vacance pour deux semaines je vais pouvoir répondre plus souvent ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~La petite boutique~ [x Anshu]   

Revenir en haut Aller en bas
 
~La petite boutique~ [x Anshu]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de création d'une boutique
» A toujours chercher la petite bête on fini toujours par se brûler les ailes [PV Anshu]
» Boutique d'avatars: création et mise en forme.
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Petite histoire aux grandes aventures :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'héritage de la Cross Academy : Dark Fate :: Extérieur :: La ville extérieure :: Ruelles-
Sauter vers: